Lien – La nouvelle république – Deux commissaires-priseurs vraiment dans le coup

Deux commissaires-priseurs vraiment dans le coup

Une seule salle, deux commissaires-priseurs. L’hôtel des ventes de Poitiers abrite deux sociétés afin de mutualiser les moyens. Un duo très souriant.

Les indispensables de M<sup>es</sup> Bénédicte Boissinot et Hervé Tailliez : un marteau et le Bénézit, une des « bibles » de la profession. - Les indispensables de M&lt;sup&gt;es&lt;/sup&gt; Bénédicte Boissinot et Hervé Tailliez : un marteau et le Bénézit, une des « bibles » de la profession. - dr

 L’hôtel des ventes de Poitiers est une institution. Ce grand « hall » à l’angle d’un ensemble de bâtiments sur le boulevard du Grand-Cerf, à quelques mètres de la gare de Poitiers, résonne depuis peu sous les coups de marteau de deux « nouveaux » commissaires priseurs, Mes Bénédicte Boissinot et Hervé Tailliez, qui viennent de prendre la succession de Me Pierre Segeron, parti récemment à la retraite. Bénédicte Boissinot connaissait déjà très bien la « maison » pour y avoir suivi sa deuxième année de formation professionnelle (en 2007) obligatoirement dispensée « par des pairs », avant d’y rester comme salariée. Hervé Tailliez, quant à lui, est installé à Poitiers depuis deux ans après y avoir repris « une charge laissée en jachère ». Lire la suite …

8888888888888888888888

It gives https://resumecvwriter.com familiar marks and hints for identification of borrowed ideas